Soumettre une info 📰

Sylvie Bonaldi : “ le citoyen est souvent impuissant “

Conseillère municipale et métropolitaine ex EELV, militante au sein de plusieurs associations, Sylvie Bonaldi est fortement impliquée dans la protection de l’environnement, particulièrement l’agriculture, et de la santé. Elle se présente dans la 3e circo en candidate indépendante avec l’étiquette écologie.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

A la réflexion, ce qui m’anime est la protection du vivant, des plus faibles …Et je ne supporte pas l’injustice ! C’est pourquoi, un de mes combats majeurs de ces dernières années avec d’autres compagnes et compagnons de luttes et l’association CAPRE 06 dont je suis présidente, c’est d’essayer de défendre les terres agricoles sur la Plaine du Var. Depuis qu’elle a été baptisée Ecovallée, le béton y coule à flot… Je suis du côté de David contre Goliath pour l’agriculture, le commerce et l’artisanat. Je suis membre de l’association En Toute Franchise qui défend le commerce de proximité, de centre ville, contre la grande distribution. Avec CAPRE 06, nous faisons partie de la Fédération Des Terres, pas d’Hypers, un regroupement de collectifs en lutte contre de grands projets inutiles imposés (GPII).

Je m’intéresse aussi beaucoup à la santé. Je m’efforce de travailler mon terrain, pour la garder bonne. Je suis très orientée prévention. Aussi, j’ai pris pendant des semaines de la vitamine C, D et du zinc pour préparer mon corps à se défendre contre le Covid19. J’ai au début été observatrice. Puis, lorsque les traitements qui fonctionnaient ont été interdits, j’ai compris que quelque chose ne tournait pas rond… Et il y a eu le confinement : des familles nombreuses entre quatre  murs… les marchés interdits… le sport interdit… Rien de cohérent pour garder les gens en bonne santé physique et mentale…
J’ai admiré Martine Wonner qui s’est élevée contre le passe sanitaire puis vaccinal, contre l’obligation faite à certains travailleurs de s’injecter ce traitement expérimental pour garder leur activité.
L’élection présidentielle m’a inspiré un grand dépit, une grande colère. Ma candidature à l’élection législative découle d’un engagement sincère et passionné pour faire connaître la vérité, pour ne pas laisser faire les lobbies qui instrumentalisent ceux qui ont le pouvoir.

En ce qui concerne mon futur travail à l’Assemblée nationale, j’ai tellement de thématiques qui me tiennent à cœur, mais l’agriculture (le soutien aux agriculteurs soucieux de l’environnement) et la prévention en santé (également la santé au travail).
Je suis engagée aussi par rapport à l’impact sanitaire des ondes électromagnétiques par exemple. Mais je veux également défendre les services publics et remettre de la proximité et de l’humain. Actuellement le citoyen est souvent impuissant car il n’a plus personne à qui s’adresser.

Il faut aussi donner plus de pouvoir aux instances de contrôle et rendre la justice indépendante. Dans nos combats sur la Plaine du Var, nous voyons bien que les avis de l’Autorité Environnementale, s’ils sont critiques par rapport aux projets, pour le risque d’inondation, l’impact climatique ou sur la qualité de l’air, ne sont que consultatifs et pas contraignants. De même pour la Chambre Régionale des Comptes, qui va relever par exemple des emplois fictifs dans telle collectivité, mais si personne ne saisit le Procureur, il n’y a aucune suite.
Je voudrais aussi favoriser le développement de projets de logements en auto-promotion, d’éco-habitats groupés avec une solidarité intergénérationnelle, faciliter l’habitat léger…

Pour la campagne électorale, j’aime l’échange les yeux dans les yeux. C’est une belle aventure et je rencontre de belles personnes. Bien sûr, comme il s’agit d’un tout nouveau parti, nous avons très peu de moyens. Et nous faisons avec des militantes, surtout, qui avant n’étaient pas engagées en politique, et ne connaissent donc pas tout ce qu’il y a derrière une campagne. Ce que je dois assurer tout en effectuant les séances de distribution des flyers.

Au niveau politique, je crois que c’est la fin des partis conventionnels. Les citoyens ne s’y reconnaissent plus. La démocratie est en panne. Il faudrait la proportionnelle intégrale. En tant qu’élue municipale et métropolitaine, j’ai du mal à accepter par exemple qu’un si coûteux et insensé projet que représente la destruction du TNN et d’Acropolis ne soit pas soumis au vote de la population.

Nous avons soumis le même ensemble de questions aux candidats en leur demandant de répondre honnêtement et sincèrement. La rédaction a retranscrit leur réponse sans ajouts ni modifications. C’est à vous, lecteurs, de vous faire votre propre opinion. Nous publions seulement celles et ceux qui ont pris de leur temps pour nous répondre.

⚡️La sénatrice Alexandra Borchio, la députée Michèle Tabarot et le Maire de Grasse Jérôme Viaud interpellent le ministre de l’Economie pour soutenir le parfumeur de Grasse Fragonard Parfumeur, candidat depuis 2016 au label « Entreprise du Patrimoine Vivant ».

⚡️ La construction du Pôle Innovation de Sophia Antipolis (8700m2) a été attribuée au groupement GCC. Livraison prévue : 1er semestre 2025. (NM)

Voir plus...