Soumettre une info 📰

Affaire Semiacs : la mise en place de l’éclairage LED

A la suite du volet de notre enquête relatif au stationnement intelligent, l'étude de la mise en place des LED confirme que la Semiacs avait un projet ambitieux et en avance sur son temps. Ce sont hélas des erreurs administratives et juridiques qui, là encore, ont abouti à un échec et à un scandale politique, sans doute démesuré avec la réalité des dysfonctionnements.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La commission de développement durable de la SEMIACS.

En janvier 2008, Monsieur Lombard, directeur général délégué de la SEMIACS, annonçait, lors d’un comité de direction qu’il mettait en place au sein de la société un groupe de travail baptisé « commission de développement durable ». Cette structure, dont monsieur Girerd le directeur technique faisait partie, devait proposer dans un délai d’environ 6 mois, un plan sur trois ans qui permettrait à la direction de faire des choix stratégiques. Le 28 mai 2008, le groupe étudiait plusieurs possibilités relatives aux économies d’énergie sur l’éclairage des parcs-autos. Il était présenté une solution considérée comme plus efficace et plus confortable que l’éclairage fluorescent, l’éclairage par LED (Ligth Emitting Diode pour diode électroluminescente) avec une espérance de vie d’environ 20 ans. Cependant, il était précisé « qu’à l’heure actuelle, rares sont les applications en éclairage général, et qu’elles sont souvent extrêmement chères lorsque la qualité est au rendez-vous ». Selon les membres de la commission il faudrait attendre encore quelques années avant que se généralise l’éclairage à base de LED.

En septembre 2008, dans son rapport final, la commission de développement durable développait un argumentaire sur les opérations de test dans les parcs-autos de la Promenade des Arts et du Palais de la Méditerranée, avec le remplacement d’une partie des luminaires par des tubes classiques fluorescents. La commission précisait que la société EDF semblait intéressée par de ce type d’opérations, et qu’il apparaissait utile de rechercher d’autres partenariats en vue de maîtriser la demande d’énergie et de développer les énergies renouvelables.

La poursuite des projets sur la recherche d’économie d’énergie.

Le 3 octobre 2008, lors d’un comité de direction de la SEMIACS, monsieur Lombard présentait aux membres du comité les travaux de la commission de développement durable, notamment la recherche d’éclairages capables de faire diminuer de la consommation d’énergie dans les parcs-autos. Il faisait état d’un contrat qu’il avait signé en décembre 2007 avec la société EDF, pour le remplacement de la totalité des luminaires sur le parking de l’Arenas par des tubes fluorescents, qui s’avérait selon lui peu concluant techniquement. En revanche, il retenait l’idée de prolonger les changements de luminaires sur le parking du Palais de la Méditerranée et demandait à monsieur Girerd de voir ce programme avec la société EDF. Le 7 novembre 2008, monsieur Lombard, adressait un courrier à monsieur Kandel, Président directeur général de la SEMIACS, dans lequel il expliquait qu’il avait mis en place un groupe de travail au sein de l’entreprise pour proposer des mesures en faveur du développement durable et que les propositions retenues s’articulaient autour de la diminution de l’utilisation de l’énergie, des consommables, et de la production de CO2 dans les parcs-autos. Il ajoutait que le projet du plan de développement durable était prévu dans le budget 2009, qu’il avait eu l’occasion de lui proposer et que certaines dépenses figuraient dans les rubriques maintenance ou entretien et réparation, d’autres étant des investissements qui faisaient l’objet de dotations aux amortissements pendant plusieurs années. Il terminait en précisant « qu’après des essais au parking de l’Arenas avec des tubes fluorescents, les luminaires (tubes et ballasts) seraient changés dans l’ensemble des parcs autos, car les tests effectués laissent espérer une économie d’électricité de l’ordre de 30 % sans diminution de l’éclairage par rapport à la sécurité ».

Le contrat pour le changement des luminaires sur la parc-autos de l’Arenas.

La SEMIACS avait contractualisé le 7 décembre 2007 avec la société EDF, le remplacement de la totalité de l’éclairage du parking de l’Arenas. La société EDF avait proposé à la SEMIACS, qui souhaitait optimiser ses consommations énergétiques afin de réduire ses coûts mais également de participer à la démarche de développement durable, de remplacer la totalité de son éclairage du parking de l’Arenas, par un système plus performant avec la mise en place de ballasts électroniques. L’offre, qui comprenait l’installation, la location du système pendant cinq ans, sa maintenance et la garantie de bon fonctionnement technique, consistait à remplacer les équipements des trois niveaux du parking, soit 681 tubes fluorescents, des appareils de 1×58 watts, par des luminaires tubes fluorescents 1×58 watts équipés de ballasts électroniques afin d’assurer un meilleur rendement. La prestation s’élevait, pour l’installation et la fourniture des luminaires à 65.244 € HT, avec une redevance annuelle de 15.134 € HT pendant cinq ans, soit une somme totale de 140.914 € HT.

Faire de la SEMIACS une vitrine technologique de la ville de Nice

Monsieur Lombard acceptait la proposition commerciale et s’engageait avec la société EDF pour la réalisation des installations, sans aucun appel d’offre ou de mise en concurrence. En réalité, la société EDF va sous-traiter la fourniture et la mise en place de ces appareillages. C’est la société GREEN TUBE France, domiciliée à REZE (44) qui fournira les luminaires, qui sont des réglettes étanches équipées de tubes fluorescents de 58 watts et de ballasts électroniques, et la société CRISTAL ELEC, domiciliée à CARROS (06) qui procédera à l’installation de ces luminaires. Les recherches effectuées sur Internet permettent d’établir que la société GREEN TUBE France, lancée en 2006, était une jeune société, filiale de la société anglaise GREEN TUBE, et qu’elle avait cessé son activité et avait été radiée du registre des commerces et des sociétés le 15 octobre 2008, soit peu de temps après installation pour le compte de la SEMIACS.

Changement de directeur général délégué à la SEMIACS.

Monsieur Lombard ne pourra pas mener à terme ses projets de changement des luminaires dans les parcs-autos car au mois de mai 2009, il était remplacé par monsieur Alonzo. Monsieur Kandel, président de la société, fixera au nouveau directeur général délégué une feuille de route avec des missions précises, notamment celle de poursuivre dans le cadre du plan de développement durable, la mise en place dans les parcs en cours d’aménagement d’éclairages de nouvelle génération LED capables de réaliser des économies d’énergie. Dans la continuité du projet d’installation des panneaux photovoltaïques sur la façade du bâtiment du siège social de la SEMIACS à Raimbaldi, qu’il considérait comme une première dans l’Hexagone, le PDG voulait faire de la SEMIACS une vitrine technologique de la ville de Nice, capable de mettre en œuvre des produits innovants dans le domaine de la gestion des parkings, tout en participant au Grenelle de l’Environnement en maîtrisant les émissions de gaz à effet de serre et en améliorant l’efficience énergétique.

La recherches de technologie sur la base de tubes LED.

Monsieur Girerd, qui s’était chargé du changement de l’éclairage dans ces certains parcs autos, dans l’intégralité pour celui du Palais de la Méditerranée, presque de même pour celui de Magnan avec 620 tubes sur 840 et partiellement, sans réel décompte, pour le Palais de la Méditerranée, poursuivait les recherches de solutions d’éclairages économiques. En juin 2009, la société WEISS, entreprise niçoise, proposait l’installation de tubes fluorescents plus performant permettant une diminution de la consommation électrique. Le modèle économique était basé sur un engagement sur cinq ans, une rétribution à hauteur de 50 % des économies réalisées par rapport aux consommations existantes. Ces luminaires seront testés à l’intérieur du parking Marshall par les services techniques de la SEMIACS. Le test s’avèrera négatif, la luminosité produite par le tube fluorescent étant insuffisante.

En septembre 2010, la société ECOENERGYWORLD implantée à Nice proposait à monsieur Girerd des solutions d’éclairages LED qui permettaient de réaliser des économies d’énergie et de diviser en moyenne par huit la consommation. Ces tubes LED d’une durée de vie de 20 ans étaient vendus 69,95€ HT l’unité, avec une garantie de trois ans pour un fonctionnement de 7 heures par jour. Cette proposition ne rentrait pas dans ce que recherchait la SEMIACS, notamment sur la durée de fonctionnement de 7 heures par jours qui ne pouvait s’appliquer à l’utilisation dans les parcs, lesquels étaient éclairés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Dans le courant de l’été 2010, monsieur Paul, qui connaissait monsieur Alonzo, était au courant de la recherche par la SEMIACS de luminaires de type LED pour équiper ses parkings. Il proposait des tubes LED de 24 W en remplacement des tubes fluorescents de 58 w. Monsieur Paul, nanti d’une forte compétence et expérience dans le domaine industriel, s’était appuyé sur ses connaissances et relations pour rechercher une solution susceptible de correspondre aux besoins de la SEMIACS. Ces tubes LED seront testés in situ à l’intérieur du parc-autos Marshall par les services techniques de la SEMIACS, et les résultats s’avèreront positifs. M. Paul, par l’intermédiaire de sa société LC SYSTEM CONSULTING présentera un modèle économique avec un contrat de location des LED sur cinq ans, similaire à celui signé avec la société EDF pour le parking de l’Arenas, mais en se rémunérant que sur une partie des économies réalisées, à hauteur de 80 % pour le fournisseur et 20 % pour la SEMIACS.

Mise en place des luminaires LED dans les parcs-autos.

Tenu régulièrement informé des recherches, monsieur Kandel comprenait que la proposition de la société LC SYSTEM CONSULTING avec des luminaires de 24 W en remplacement des tubes de 58 W, allait permettre d’obtenir l’économie énergétique initialement recherchée. Lors du conseil d’administration de la SEMIACS du 14 octobre 2010, il proposait le remplacement dans les parcs-autos l’éclairage traditionnel par des produits innovants des tubes LED présentés par la société LC SYSTEM CONSULTING. Le parking Marshall était choisi pour effectuer un « test pilote ». Le contrat de location de produit LED pour équiper 14 parcs-autos de la SEMIACS sera signé entre messieurs Kandel et Paul, sans aucune mise en concurrence. Un calendrier de déploiement et d’installation qui s’étalera sur toute l’année 2011 sera défini ultérieurement. Un avenant au contrat initial de location des LED sera signé le 2 novembre 2010, à nouveau entre messieurs Kandel et Paul, pour équiper de la même technologie le parc-autos de Saint Roch récemment acheté et transformé par la SEMIACS. L’installation des luminaires LED dans les parcs-autos de la SEMIACS commencé fin 2010 se terminera en 2011.

Comparaison entre les contrats EDF et LC SYSTEM CONSULTING pour le parking de l’Arenas.

Le contrat de la société EDF qui comprenait l’installation, la fourniture des luminaires et une redevance annuelle, se chiffrait à une somme totale de 140 914 €, pour une durée de cinq années. Le contrat avec la société LC SYSTEM CONSULTING s’élevait à des redevances trimestrielles de location de 5 385,13 € soit un montant annuel de 21 540 €. Si le contrat avec la société EDF avait été considéré comme peu concluant par monsieur Lombard, l’installation des luminaires LED proposés par la société LC SYSTEM CONSULTING avaient engendré d’importantes économies pour la SEMIACS. En effet, la facture EDF de l’année 2013, du parc-autos de l’ARENAS démontrait, après une année pleine d’utilisation des LED, que la consommation d’électricité avait diminué pratiquement de moitié et que l’économie financière était de 19 383 €.

Une baisse de 50,48 % de la consommation des KWH

Aux gains énergétiques réalisées par la mise en place des luminaires LED, il fallait ajouter les économies procurées par la durée de vie de plusieurs années du tube LED, limitant ainsi la maintenance. Dans celle-ci, il fallait comptabiliser l’achat pour le remplacement des tubes fluorescents, des ballasts, des luminaires réglettes de support des tubes, mais également englober les coûts annuels relatifs à la main d’œuvre de deux techniciens de la SEMIACS dédiés principalement à cette tâche, le changement des tubes fluorescents classiques dont l’espérance de vie était d’environ 8000 heures, soit un an, impliquant leur intervention régulière.

D’autres économies réalisées par l’installation des éclairages LED.

Le parking Marshall avait été le premier équipé des luminaires LED en fin d’année 2010. Après une année de fonctionnement, l’analyse du compte de résultat au 31 décembre 2011, annonçait des résultats très positifs. La facture du poste électricité-chauffage-eau avait diminué de 13 150 € soit une économie de près de 35 %, (24 713 € au 31/12/2011 contre 37 863 € au 31/12/2010). La présentation générale du budget 2013 au conseil d’administration démontrait que l’installation des luminaires LED, qui était terminée dans tous les parc-autos, avait permis de réaliser d’importantes économies d’énergie. La consommation électrique calculée sur la totalité des parcs-autos était passée de 4 954 927 KWH (en 2010) à 2 453 583 KWH (en 2012), soit une baisse de 50,48 % de la consommation des KWH. L’impact sur l’empreinte carbone, objectif également recherché, était considérable car une diminution de consommation électrique de 2 501 344 KWH sur une année entrainait une diminution d’émission de 210 tonnes de CO2.

La médiatisation de éclairages LED installés par la SEMIACS.

Dans un article consacré à l’ouverture du parc-autos de Saint Roch, le maire de la ville de Nice soulignait que le bâtiment bénéficiait de l’installation d’un éclairage basse consommation [1]. Dans ce même journal, le 31 août 2011, paraissait un important article sur la mise en place de technologies innovantes dans les parkings de la SEMIACS. Le PDG monsieur Kandel expliquait que la société devait être une vitrine technologique et environnementale en faisant référence à la première façade photovoltaïque installée au siège de l’entreprise boulevard Raimbaldi. Il indiquait que dans le cadre de son Plan Lumière, à la fin de l’année tous les parcs-autos de la SEMIACS seraient équipés avec des éclairages LED. Dans ce même article la société LC SYSTEM CONSULTING était présentée comme une start-up niçoise [2]. En octobre 2012, la CCI Côte d’Azur publiera un article sur la société LC SYSTEM avec en titre « LC SYSTEM présentera le premier luminaire LED fabriqué en France au forum Industria ». Il était précisé que la société proposait sur la base d’une location d’éclairage LED, une conception de produits ainsi que la réalisation d’études énergétiques. Le projet de la société était de devenir le précurseur dans l’assemblage de luminaires en France, et de réaliser un tube LED haut de gamme fabriqué en France [3]. A l’occasion du point presse public dans le cadre de l’inauguration, le 11 mars 2013, lors du lancement du dispositif Nice Park, le maire de la ville de Nice, monsieur Estrosi, et le PDG de la SEMIACS, monsieur Kandel, citeront les actions menées par l’entreprise, notamment sur le développement de nouveaux concepts extrêmement novateurs, aux normes environnementales visant à économiser de l’énergie et préciseront que la SEMIACS avait équipé ses parkings en 2011d’un éclairage de nouvelle génération communément appelé LED, technologie qui réduisait fortement les coûts d’exploitation et qui préservait l’environnement [4].

[1] – Source Nice-Matin du 10.12.2010

[2] – Source Nice-Matin du 31.08.2011- page 5

[3] – CCI Nice Côte d’Azur article du 10.10.2012

[4] – Dossier presse ville de Nice – du 11.03.2013 pages 19/22

Prochain article : le volet juridique des LED.

⚡️La sénatrice Alexandra Borchio, la députée Michèle Tabarot et le Maire de Grasse Jérôme Viaud interpellent le ministre de l’Economie pour soutenir le parfumeur de Grasse Fragonard Parfumeur, candidat depuis 2016 au label « Entreprise du Patrimoine Vivant ».

⚡️ La construction du Pôle Innovation de Sophia Antipolis (8700m2) a été attribuée au groupement GCC. Livraison prévue : 1er semestre 2025. (NM)

Voir plus...